Appel à Communications

Colloque 

Le 28 et 29 Novembre 2018

« Vers une didactique des langues maternelles : quels impacts sur l’enseignement du tamazight et sa promotion ? Quel est le rôle du numérique pour favoriser sa diffusion ? »   

Ce colloque est le 11ème de dix colloques internationaux organisés dans plusieurs villes Algériennes : 

    • Le 10ème tenu les 18 et 19 Novembre 2017 à l’université de Bejaïa (Algérie) : « Le double déclassement diglossique de tamazight entre l’impératif de son aménagement et les exigences de sa survie sociolinguistique»
    • Le 9ème tenu les 6 et 7 Novembre 2016 à la Bibliothèque Nationale d’Algérie : «la langue tamazight et sa réception sociale : de la notation usuelle à l’écriture orthographique »
    • Le 8ème tenu du 5 au 7 octobre 2015 à l’université de Batna (Algérie) : « l’aménagement lexical et la terminologie traductionnelle : cas des langues de moindre diffusion»
    • Le 7ème tenu du 28 au 30 novembre 2013 à Ghardaïa (Algérie) :« la néologie, les corpus informatisés et les processus d’élaboration des langues de moindre diffusion»
    • Le 6ème tenu du 26 au 28 Avril 2012 à Boumerdès (Algérie) : «Les langues de moindre diffusion sur le web, numérisations, normes et recherches"
    • Le 5ème tenu du 01 au 03 Juin 2010 à Tipaza (Algérie) : « la dictionnairique de langues de moindre diffusion .le cas du tamazight »
    • Le 4ème tenu du 30 Mai au 01 Juin 2009 à Tipaza (Algérie) : « les TICE et les méthodes d'enseignement/apprentissage des langues »
    • Le 3ème tenu les 28 et 29 Mai 2008 à Tipaza (Algérie) : « la normalisation, la numérisation, la BNB et le e-Learning »
    • Le 2ème tenu du 26 au 28 Novembre 2007 à Tipaza (Algérie) : «L’enseignement de la langue tamazight en Algérie : Quelle stratégie d’intégration ?»
    • Le 1ertenu du 05 au 07 Décembre 2006 à Sidi-Fredj (Algérie) : « Tamazight langue nationale en Algérie : état des lieux et problématique d’aménagement»

Problématique du Colloque :

La relativement longue expérience d’enseignement de tamazight permet-elle d’avancer des réflexions plus objectives et sereines sur les questions liées aux méthodes les plus judicieuses à son enseignement et à sa normalisation ? Son statut de langue nationale et officielle aussi bien que l’évolution des attitudes sociales, n’est pas sans incidence sur sa didactique. Plus que jamais, Tamazight se retrouve face à des défis stratégiques : d’abord celui de la diversité des langues maternelles selon les régions ; ensuite, celui des attentes et des besoins des sujets parlant vis-à-vis de leur langue première, tant ils sont attachés à leur spécificité géolectale et culturelle. Ces rappels à l’ordre de la réalité socio-culturelle nous engagent à reconsidérer le curriculum de formation des licenciés formateurs, futurs enseignants et cadres administratifs. En effet, le décalage entre les attentes spécifiques des apprenants et les maîtres se creuse de jour en jour car peu adapté à la réalité du terrain pédagogique.

La non prise en charge de l’enseignement des variétés de tamazight, autres que le kabyle, du fait que les lieux de formation sont en Kabylie et que les formateurs sont en majorité kabylophones, imprime à l’encadrement éducatif certains habitus, et influe sur la connaissance scientifique et pédagogique des autres variétés autant que sur les attitudes sociales des locuteurs des autres variétés à l’égard de cet enseignement.

En outre, l’enseignement de tamazight rencontre des problèmes de fixation d’une/des norme (s), de didactique et de modalité de prise en charge de l’arrière-plan culturel de chaque variété géolectale. De plus, il lui faudra trouver les meilleures voies de prendre en considération cette autre langue maternelle, l’arabe algérien, actuellement majoritaire, qui coexiste avec tamazight depuis plusieurs siècles. Aussi, enseigner Tamazight à des non natifs constitue un autre défi didactique exigeant le recours à une pédagogie différentielle.

La langue première des apprenants non amazighophones, devra être prise en charge par une didactique de l’apprentissage spécifique qu’il s’agit de bien penser. L’alternance des langues en situation d’apprentissage peut-elle être l’une parmi d’autres alternatives à l’enseignement de tamazight pour des non natifs ?

Les réflexions actuelles, émanant de sociolinguistes, tournent autour de la relation entre le jeu des langues et des cultures, et la structuration des apprentissages et des savoirs. L’enseignement des langues maternelles devient un besoin et une nécessité, il s’agit là d’un état des lieux que révèlent toutes les rencontres scientifiques et les études menées jusque-là.

Le plurilinguisme en Algérie s’affranchit, et s’affiche actuellement comme la vitrine du visage sociolinguistique algérien multiculturel. Au-delà de cette diversité linguistique, c’est un nouveau regard qu’on se doit d’adopter sur la classe pédagogique et ses fonctionnements. La langue maternelle joue un rôle essentiel et incontournable dans l’appropriation d’une autre langue, voire des connaissances encyclopédiques. Des socio-didacticiens l’ont mis en évidence :

« …nous avons pu mettre en évidence d'une part l'incapacité des élèves à établir un lien, si ténu soit-il, entre le savoir métalinguistique acquis à propos de leur langue maternelle et celui qui concerne les langues étrangères dont ils commencent l'apprentissage, et, d'autre part, les effets positifs de cette relation, lorsqu'elle est établie grâce à des exercices appropriés (L.DABÈNE et C. BOURGUIGNON, 1979 et 1982).

Les difficultés auxquelles Tamazight fait face, notamment dans l’enseignement de ses langues maternelles sont nombreux : D’abord l’acceptation de l’autre (parlant une autre variété de tamazight) avec sa spécificité, pour faire de la langue maternelle un atout incontournable, un fondement et un médiateur/instrument dans l’acquisition et l’apprentissage des connaissances et de la formation psycho-cognitive des apprenants. Ensuite, arriver à se hausser au rang d’un enseignement de qualité, pourquoi pas d’excellence, pour pousser l’école algérienne à aller de l’avant. Enfin, la marque de notre siècle, le défi du numérique et les technologies de la communication et de l’information, au service de l’éducation et de l’apprentissage, devraient prendre une part non négligeable dans ce renouveau attendu de la didactique des langues maternelles algériennes.

Autant de défis à relever, mais qui ne sont pas du domaine de l’utopie : « On se propose d'attirer l'attention des didacticiens et enseignants … sur un courant de réflexion actuel dont le but est le développement, chez l'enfant, de la conscience métalinguistique à partir d'activités menées sur la langue maternelle et, conjointement, sur les langues étrangères » (Louise, Dabene: 1992)

La problématique que soulève ce colloque tourne autour de la réalité de l’enseignement de tamazight en Algérie, en sachant tirer des enseignements de l’expérience vécue jusque-là. Quelle démarche suivre afin de prendre en compte le pluralisme linguistique intra et inter-dialectal : amazigh /arabe algérien ? Comment prendre en charge l’enseignement des langues maternelles ? Quelle est l’incidence de son statut de langue nationale et officielle sur les méthodes de son enseignement, ses manuels et les défis auxquels elle devrait faire face et des implications de certaines attitudes sociales ? Comment le numérique peut-il aider à l’apprentissage d’une langue ? Quel est le rôle du numérique pour sauvegarder et diffuser une langue ?

Les supports mis en place nécessitent une évaluation de leurs retombées sur les niveaux d’apprentissage, et un état des lieux pourrait donner plus de visibilité.

Les communications souhaitées tourneront autour des axes suivants :

      1. Quelle (s) didactique (s) pour quelle visée ? Quels choix opérer dans le cadre de la didactique des textes ? Sur quels supports pédagogiques se fonder notamment avec l’avancée du numérique.
      2. L’enseignement de la langue maternelle prend appui sur les prérequis de l’apprenant qui puisent dans l’environnement social direct, d’où l’intérêt d’un travail de réflexion métalinguistique qui peut constituer une activité à part entière.
      3. Quelle démarche suivre afin de prendre en compte le fait du pluralisme linguistique et culturel de la société algérienne qui reçoit l’enseignement de Tamazight ; de la pluralité des variétés linguistiques de tamazight ; de la diversité des apprenants en termes de langues maternelles et des niveaux de sa maîtrise par ceux-ci?
      4. Dans des situations de plurilinguisme de plus en plus complexes, le cas de l’Algérie, le didacticien constate rapidement l'inadéquation des outils pédagogiques proposés :
      5. Quelle aide peut-on attendre d'une discipline comme la sociolinguistique, et quelles orientations en tirer ?
      6. Quels éclairages apporte-t-elle sur la didactique des langues en général, et des langues maternelles en particulier ?
      7. Quels outils d'analyse pour des situations linguistiques difficiles à décrire en termes d'oppositions classiques telles : langue source/langue cible, langue 1/langue 2, langue étrangère/langue maternelle.
      8. Que signifie, en termes sociolinguistiques et didactiques, sa généralisation ? Quelles en sont les retombées attendues ?
      9. Que signifie l’enseignement obligatoire d’une langue, elle-même existant sous la forme de plusieurs variétés géolectales (polynomique), dans une société plurilingue ? Quelles en sont les conséquences prévisibles ?
      10. Quelle (s) approche (s) d’enseignement ? Quels manuels scolaires proposer ? Quelles méthodes faudrait-il suivre ? Quelles variétés géolectales choisir par région et quelles normalisations entreprendre ?
      11. Quel profil de formation des formateurs (licence en tamazight) ? Quels enjeux de savoir ? Quels contenus pédagogiques ?
      12. Quelle réforme entreprendre pour la licence en tamazight afin de l’adapter aux exigences de son nouveau statut officiel et de sa réalité polynomique ?
      13. Comment prendre en charge Tamazight, en milieu plurilingue, du point de vue psycho-cognitif, en termes d’acquisition, d’apprentissage, d’inter langue, de transferts, de métalangue et de traduction ?

Ce colloque s’interroge aussi sur l’apport des TIC pour le développement de la langue Tamazight en analysant d’une part sa présence sur le web et les réseaux sociaux et d’autre part, sur l’importance du numérique pour sauvegarder et diffuser une langue.

      1. Comment les TIC peuvent-ils aider au développement et à la diffusion de la langue tamazight compte tenu des variétés maternelles.
      2. Quelles méthodologies de recueil et de description numérique de corpus de cette langue ?
      3. Existe-t-il des ontologies numériques en langue Tamazight.
      4. Quelle est la place du Tamazight sur le web.
      5. Quel est le rôle des réseaux sociaux pour l’apprentissage d’une langue et pour établir des liens sociaux entre les personnes.

Dr. Nora BELGASMIA, MC ; Univ.de Tizi-Ouzou/CNPLET-MEN

Calendrier :

  • Date limite de soumission des propositions : mi- Octobre 2018
  • Les résumés des communications, d’une page et suivis d’un bref CV, doivent être adressés aux adresses suivantes :
  • « Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. »
  • « Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. »
  • « Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. »
  • « Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. »
  • Envois des notifications d’acceptation ou de refus : Fin Octobre 2018
  • Envois des textes complets de communication : Début Novembre 2018
  • Les langues de communication sont : le français, l’arabe scolaire et l’anglais

Co-présidents du Colloque :

  • Prof. Abderrezak DOURARI, Directeur du CNPLET/MEN
  • Prof. Imad SALEH, Directeur du Laboratoire paragraphe

Relations Publiques :

  • Mme. Dalila ABDOUN : Université Alger-1- /Cnplet-Men

Coordinatrice du Comité d’organisation :

  • Dr. Nora BELGASMIA, Maître de Conférences/ Université de Tizi-Ouzou

Comité d’organisation :

  • M. Nabil IDIRCnplet-Men , Membre, Chargé de l’E-mailing, Publicité, organisation de l’hébergement et du transport des Participants.  E-mail : « Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. »
  • M. Djamel KHELFAOUI:  Cnplet-Men . Chargé des moyens généraux - Tel /Fax: 023.51.50.18
  • Mlle. Samra ABDERRAHIM:  Cnplet-Men . Chargée des relations avec la presse.
COMMUNICATIONS:
  • La Place de Tamazight sur les Réseaux Sociaux par Dr. ALIOUCHOUCHE-KACI Fadhila télécharger Power Point
  • L’apport des référents socio-culturels pour l’acquisition des compétences en langue maternelle minorée : le cas de tamazight en Algérie par AMARI Samira télécharger Power Point
  • Les enseignants et les apprenants ayant des dialectes différents : le cas des kabyles et des chaouis par BAYMOUT Bilal (MCB) télécharger Power Point
  • L’usage de tamazight chez les étudiants de DLCA de Batna et ceux des DLCA de la région de Kabylie, un essai de comparaison par BAYOU Salah, Maitre assistant «B» télécharger Power Point
  • Revoir la stratégie de dépoilement du tamazight. Les enquêtes d’évaluation s’imposent par Haroun FEGAS : télécharger Power Point
  • La pédagogie inverséedans la pratique d'enseignement de tamazight langue maternelle par TAIBI Khalid & HAMOUMI Zina télécharger Power Point
  • L'importance de l’intégration de la langue amazigh dans l’école maternelle (crèche) par Noura Yefsah : télécharger Power Point
  • Le Maghribi au Maghreb, Est-ce une langue à part entiére ? par SORAYA Ababsa : télécharger Power Point
RECOMMANDATIONS:
 

Suite aux différentes conférences et débats, se dégagent les recommandations suivantes :

  • Prendre en charge l’enseignement des variétés de tamazight en usage sur le territoire national.
  • Elaborer des manuels scolaires propres aux variétés en usage en prenant en considération les référents culturels de chacune d’elle.
  • Mettre en œuvre une méthode pédagogique au profit des apprenants arabophones.
  • Reconsidérer le curriculum de formation des enseignants en prenant en considération les spécificités géolectales et culturelles.
  • Renforcer les manuels scolaires par la traduction de textes à partir de différentes langues.
  • Intégrer la langue amazighe dans la formation en traduction.
  • Mettre en place des méthodes d’enseignement à distance et de e-learning.
  • Mettre en place des banques de données (supports pédagogiques, dictionnaires, glossaires,…) numériques interrogeable à distance.

Tizi-Ouzou le 29 Novembre 2018

 
 
 
 
 
 
 
 

Contactez nous

Powered by ChronoForms - ChronoEngine.com

CLAVIER INFORMATIQUE EN TAMAZIGHT

Pour télécharger la police tifinagh, cliquez ici

Rejoigniez-nous sur facebook

face

Contactez-nous

Secrétariat générale
  • Tél: 023 51 50 33
Direction générale
  • Tél: 023 51 50 58 / 023 51 50 18
  • Fax: 023 51 50 18
  • E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Se rendre au CNPLET
  • 06, Rue de l’indépendance, Qasr Ach-Chaab, Place Addis Ababa, Alger